Perte d’un animal

bouvier bernois

A bientôt…

Un billet encore difficile à écrire, pour lequel je vais devoir prendre sur moi au maximum mais des larmes couleront. Ma chienne m’a tellement accompagné dans ma vie que sa perte à vraiment été une étape difficile. Elle a été touchée par un cancer foudroyant en l’espace de quelques semaines. Le premier week-end on nous annonce une laryngite, la semaine suivante un cancer métastasé dans tout son corps… J’ai dû faire le choix le plus sincère et le moins égoïste de ma vie : l’euthanasie car la souffrance était omniprésente dans son corps et la chimiothérapie ne l’aurait pas sauvé, cela aurait été un acharnement thérapeutique. Ce jour-là, j’ai cru qu’on m’arrachait le cœur en milles morceaux. Je n’ai jamais autant pleuré en public que ce jour-là.

Le temps efface la peine à ce qu’il paraît

Je sais que beaucoup d’entre vous ne comprennent pas vraiment le lien que peut se tisser entre les humains et les animaux. Ni pourquoi pour certains ils font partie intégrante de la famille. Certains arrivent même à les abandonner au bord de l’autoroute. Donc, à partir de là il est certain que beaucoup sont sur une autre planète par rapport à moi. Mais je vais tenter de vous faire part de ma vision.

L’animal possède un sixième sens

Ma chienne l’avait. Dès qu’il y avait du danger pour moi elle grognait. Dès que j’étais triste elle me collait comme une colle UHU. Elle savait être là à sa façon. L’animal sait ressentir vos joies et vos peines. Ils angoissent quand vous allez mal. Le jour où elle est tombée malade, elle n’a jamais voulu me montrer sa faille. Je l’ai décelé car un animal a aussi sa personnalité. Bref, un animal c’est un être humain à qui il manque la parole. Ils ont donc une place à part entière dans mon cœur. Et particulièrement ma chienne qui a vraiment été à mes côtés dans des moments trop difficiles et m’a toujours suivi dans mes fugues de villes sans rechigner et en s’adaptant comme si de rien.

Annoncer la perte de son animal à l’enfant

Entre 1 an et 6 ans

C’est dans cette tranche d’âge que ma fille a perdu sa chienne. Je pense qu’à cet âge ça a été plus facile à digérer car on se sert de l’imagination pour apporter la douloureuse à notre enfant. On trouve les mots pour ne pas le confronter à la mort d’un membre de la famille car c’est bien trop jeune pour l’être. Son jeune âge a aidé, elle a vite oublié. Enfin, après quelques mois. J’ai eu beaucoup de mal à lui expliquer que « Ragy » n’était pas le bichon que l’on croise dans la rue, même si je rajoutais qu’il y avait certainement une part de Ragy dans chaque chien que l’on croisait… Ce réflexe a été très dur pour moi et je me suis souvent effondrée en secret sans le lui montrer.

Au-delà de 6 ans

Il s’agit là d’un choix peut-être intime de ce que l’on souhaite transmettre à son enfant. A sa personnalité. C’est dur d’expliquer la vérité à nos enfants car on sait d’avance qu’ils vont en souffrir. Leur chagrin sera normal et il finira par l’apaiser. La mort fait partie de la Vie : la perte et le deuil est un pas nécessaire dans l’apprentissage. Vous comprendrez donc que dire à son enfant que l’animal s’est enfui n’est pas la meilleure solution, le remplacer non plus car nos enfants ne sont pas bêtes. Changer Némo avec un autre poisson rouge, votre enfant le remarquera.

Votre décision sera certainement la meilleure pour l’annoncer à votre enfant. Mais n’oubliez pas d’échanger beaucoup avec lui pour tenter d’apaiser son chagrin et lui expliquer les choses. Vous trouverez de nombreux livres pour vous accompagner dans ce bouleversement.

Ma boubou… 10/11/2008 – 10/10/2018


No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :