Passion Cirque contemporain

Attention aux amalgames !

Bon, tout le monde le sait. Ou presque. Le cirque et moi ça fait 1. Trapèze, hauteur, jonglage de feu… c’est mon dada ! Mais je ne supporte pas le cirque traditionnel alors surtout ne confondez pas tout ! Voici un petit article pour y voir plus clair et vous faire part d’une de mes passions.

Cirque traditionnel VS Cirque contemporain

En master 2, j’ai décidé de réaliser mon mémoire sur ce sujet :  » Le cirque a-t-il un avenir ? » d’une bonne 50 aine de pages ^^’. Je suis donc bien placée pour vous dire la différence entre ces deux types de cirque. Alors préparez-vous pour un article à rallonge sur toute l’histoire du cirque 🙂

Zoom sur le cirque traditionnel

Ceci est un zoom ^^

Aujourd’hui le cirque traditionnel existe toujours, mais certains n’ont pas réussi à survivre à cause de l’évolution du secteur (notamment les cirques avec des noms inconnus). On les reconnaît par le fait qu’ils sont itinérants et qu’ils se produisent sous un chapiteau qui possède des rideaux rouges, des gradins et une piste est circulaire avec 13 mètres de diamètre. Dans la très grande majorité des cas, les animaux sont présents. Les artistes portent des costumes de paillettes pour les mettre en valeur, sont bien entendu issus d’une famille circassienne pour la grande majorité, qui ont appris le métier grâce à leurs parents et qui, ainsi de suite, ils transmettront à leurs enfants. Le cirque traditionnel est un enchaînement de prouesses qui, entre chaque numéros, n’ont pas de rapport mais l’enchaînement est calculé selon, d’une part, des contraintes techniques et d’autre part, selon une hiérarchie d’émotions. Une émotion suscitée à travers la peur car l’artiste se met en danger, la prouesse de celui-ci lorsqu’il réussit son action mais aussi le rire. La musique durant le spectacle est celui d’un orchestre avec du cuivre et de la percussion ressemblant étrangement aux parades militaires, mais aussi les roulements de tambour pendant le suspense d’une prouesse à venir qui suscitera davantage les émotions des spectateurs.

Mes enquêtes sur le terrain du cirque traditionnel m’ont éveillé la curiosité vis-à-vis des différents noms de cirques semblables comme celui avec Zavatta. Voici quelques exemples des cirques ayant ce nom que l’on peut retrouver en France : Achille Zavatta, Anthony Zavatta, Anthony Zavatta, Céline Zavatta, Franck Zavatta, Lydia Zavatta, Ricardo Zavatta, Sébastien Zavatta, Warren Zavatta, William Zavatta, Willie Zavatta, Achille Zavatta fils. En allant plus loin et en interrogeant différentes personnes connaisseurs voire issues du cirque Zavatta. Du temps d’Achille Zavatta il n’était pas question de louer le nom Zavatta, il a d’ailleurs fait un procès à ses enfants lorsqu’ils ont monté leur cirque « Zavatta Fils », un procès qu’il a perdu. Depuis sa mort, sa dernière femme Annick, loue le nom Zavatta sous « Achille Zavatta », « Zavatta fils » et « Franck Zavatta ». Les autres Zavatta sont des usurpations de nom, donc sans autorisation : se sont tous les petits cirques que l’on peut voir. Il y a quelques Zavatta en France qui ont acheté le nom avec un prénom auprès des Zavatta en Italie mais qui ne font pas de Cirque. A ce jour, il ne reste qu’un « vrai » cirque issu de la famille Zavatta en France, celui qui est tenu par William Zavatta, l’un des fils d’Achille. Sa fille ainée, Lydia, n’a plus de cirque mais loue son nom Cirque Lydia Zavatta à la famille d’Adrien Caplot.

Il a été assez surprenant, durant mon enquête, d’interroger un des cirques Zavatta, leur réponse fut très vague qui m’a permis de confirmer ce problème d’usurpation car la personne ne savait pas où me diriger pour louer le nom Zavatta.

Le cirque traditionnel perd de sa valeur familiale lié à ces différentes usurpations et rachats. Cependant, cet aspect est méconnu du public, même si mon étude révèle que 26 % des personnes interrogées portent de l’importance au nom du cirque dans leur choix de spectacle.

Aujourd’hui nous constatons plusieurs cirques traditionnels : Pinder, Zavatta, Bouglione ou encore Grüss.

Le cirque Zavatta : Le symbole de ce cirque et aussi celui qui l’a rendu très connu est bien entendu Achille Zavatta. Il était doté de nombreux talents car il jouait plusieurs rôles tels qu’acrobate, clown, trapéziste, cavalier, dompteur et musicien : il jouait du saxophone, du tambour ou encore de la trompette.

Le cirque Pinder : Anciennement Britania racheté en 1983 par Gilbert Edelstein puis récupéré par son fils. Ils présentent à la fois des spectacles d’animaux mais aussi de magie, d’illusions…

Le cirque d’Hiver Bouglione : Anciennement Cirque Napoléon. Comme tous les cirques traditionnels, ils proposent des spectacles d’acrobates, d’animaux (tigres, chiens, chevaux,…) de clowns et possède un orchestre.

Le cirque Grüss : Cirque né en 1985 par Arlette Gruss. Aujourd’hui on y compte 130 employés dont 110 qui sont itinérants.

Naissance du Nouveau Cirque; le « cirque de création » allias contemporain

Il a bousculé le cirque traditionnel causant certaines fermetures ! Tout d’abord, il est sous la tutelle du Ministère de la Culture. Il est très rare d’y voir des animaux, ils en utilisent très peu et s’il y a, ce sera des chevaux pour le côté théâtral du spectacle. Tous les éléments sont réfléchis pour être cohérent avec l’univers; le scénario du spectacle, par exemple, le chapiteau est réaménagé et parfois il est même remplacé par un théâtre. Les artistes, contrairement au cirque traditionnel, viennent de n’importe quel milieu et sont choisis sur leurs compétences artistiques mais aussi scéniques : ils doivent être dans la peau d’un artiste mais aussi d’un acteur : ils sont désormais polyvalents. Ils sont même parfois musiciens lorsque ce ne sont pas des musiciens attitrés qui jouent. Le spectacle possède donc ici une histoire qui lui est propre, l’enchainement sera donc linéaire et logique selon l’histoire. On suscite donc l’expression du spectateur autrement, on tient bien sur toujours compte des exploits mais ceux-ci sont perfectionnés grâce à la qualité visuelle du spectacle (jeux de lumières, chorégraphies, costumes adéquates avec le projet artistique, plusieurs numéros dans un seul passage, le décor, le son et la vidéo.)

Voici les différents nouveaux cirques que l’on peut admirer aujourd’hui : le Cirque Plume, le Cirque Archaos, le Cirque Baroque mais aussi le cirque du Soleil…

Le cirque Plume : depuis les années 1980, des artistes se sont lancés dans une nouvelle aventure nommée le « nouveau cirque » et fondait alors le Cirque Plume. Ce cirque, ne possède ni animaux ni costume à paillettes mais sans cesse sur les routes et devenant de plus en plus fréquenté. Ce cirque a su mixer différents arts pour se rendre atypique (le théâtre, la danse, de lumières, la musique, le mime, les jeux d’ombres et le tout avec un orchestre en direct).

Le cirque Archaos : Créé en 1986,  Archaos créa un cirque témoigne la liberté, l’insolence, le rock, la poésie, l’esthétique… En quelques années, le succès est rapidement devenu international

Le cirque Baroque : Tout comme le Cirque Archaos, le cirque Baroque est né en 1986 et succède le Puits aux Images. Des spectacles aériens mais aussi cocasse avec de beaux jeux de lumière.

Le cirque du Soleil : Nous pourrions faire une partie entière sur ce cirque étant donné son côté unique : c’est le plus connu à ce jour confirmé par mon enquête où 20 % des personnes interrogées connaissent ce cirque. Guy Laliberté lui donne naissance en 1984, il créé un cirque dont la demande n’existe pas, mais c’est bien lui qui va la créer. Des spectacles aussi colorés que les cirques traditionnels mais qui possède une complexité et une intensité qui se rapprochent d’autres domaines tels que le théâtre, l’opéra ou encore le ballet. Il est composé de 2000 employés avec plus de 50 nationalités et compte 100 millions de spectateurs depuis 1984 dont 15 millions en 2013. Bien entendu, depuis 1992, victime de son succès, le cirque n’a plus besoin de recevoir de subvention gouvernementale ou privée, et chaque année, Guy Laliberté a décidé de reverser 1 % des revenus pour l’action sociale. 

Différence entre les deux types de cirques

Le cirque contemporain quant à lui a ré-imaginé le Monde Circassien et par sa folie et son respect je l’adore.

Vous l’avez compris, le cirque traditionnel qui se pavane de villes en villes n’est pas pour moi car ils réalisent des spectacles avec des animaux. Pour avoir fait le tour de différents cirques durant mon projet d’études beaucoup de choses m’ont clairement refroidi sur le traitement des animaux. Je suis plutôt sur des performances humaines du cirque nouveau.

Photos : Moi durant les shootings & spectacles – Photos non libres de droits

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :